Ce texte est une fiction inspirée par la vie.

Il est deux heures du mat bordel, je n’arrive pas à dormir. Ca fait déjà deux semaines que ça dure, j’en ai vraiment marre de ce boulot à la con. Tout ce stress pour un salaire qui ne me permet même pas de vivre une vie de rêve. 

Et quel rêve! 

Bordel c’est quoi cette vie? 

Ca fait deux semaines que j’ai a rencontré ce mec. Le courant est passé directement. 

Tu vois le genre de rencontre qui chamboule tout dans ta vie. Les choses se sont mises à s’emballer. Je me demande encore comment c’est possible qu’une personne que je ne connaissais même pas il n’y a pas longtemps me fait perdre ma raison? 

C’était une rencontre intense mais Christophe a quoi jouait-il? Ca faisait déjà deux semaines et il n’avait pas donné signe de vie. 

Je croyais que c’était réciproque il me rappellerai. 

Les mecs sont vraiment tous des enflures ou du moins ceux que je croise. 

Génial encore un à mon compteur. 

Merde je l’aimais bien!

Je l’avais rencontré en vrai dans un café, le courant était tellement bien passé qu’on avait prolongé la soirée devant un diner simple. Un restaurant libanais. 

Peut-être que j’avais été trop loin. 

Faut toujours que je gâche tout. 

Ce n’était pas prévu. 

Je me croyais incapable d’aimer de nouveau après ce con que j’avais laissé entrer dans ma vie. 

Après avoir connu un manipulateur narcissique on a du mal à se remettre en selle. 

Franchement en plus je ne pouvais m’en prendre qu’à moi car je voyais bien qu’il n’était pas normal entre extrême gentillesse et crise de nerfs. 

Mais là, Christophe semblait différent. Sa présence était magnétique. Il me donnait envie de baisser ma garde et de foncer, tout laisser tomber et le suivre. 

C’était la première fois que je ressentais ça. 

C’est surement ce qui a rendu les choses plus difficiles. J’étais tiraillée entre l’envie d’envoyer les conventions et me donner toute entière dans cette relation et l’obsession de ne pas retomber sur un connard. 

Les jours passaient et Christophe ne donnait pas de nouvelles. 

J’avais bien essayé de le trouver sur les réseaux sociaux mais le gars devait vouloir se cacher. Si ça se trouve c’était un psychopathe. 

Peut-être qu’il voudrait me découper pour récupérer mes organes vitaux. 

Putain, pourquoi je n’avais pas pris son numéro? Au moins avec ça j’aurai pu le retrouver. 

 En fait si ça se trouve je me suis fait avoir. Il avait l’air de ressentir cette attraction entre nous. J’avais du louper un truc. 

Mais bordel comment osait-il faire autant trainer les choses? 

Deux semaines pour donner des nouvelles à une femme avec qui il avait passé une soirée si agréable. 

Si ça se trouve il avait menti et était casé. 

Je n’arrêtais pas d’y penser. 

Qu’est-ce que je n’avais pas vu? 

J’avais beau me faire le film de l’histoire dans tous les sens, je sentais que quelque chose ne tournait pas rond sans savoir quoi. 

D’ailleurs pourquoi dit-on « tourner rond »? 

Je me décidais donc de ne pas y penser, j’allais m’inscrire sur tinder histoire de discuter avec des mecs pour m’occuper l’esprit.
Jamais de la vie je n’oserais raconter à mes copines que j’avais cru rencontrer un mec avec qui j’avais l’impression qu’on aurait pu vivre une belle histoire mais qui ne m’avait jamais recontactée. 

Chaque fois que j’entendais le téléphone vibrer je commençais à me dire enfin. 

Cela faisait précisément dix-sept jours. 

Mon tel avait enfin sonné.
Je ne m’y attendais clairement pas. 

Ce n’était pas Christophe mais son frère.
J’ai eu du mal à comprendre ce qui était en train de m’arriver. 

Son frère? 

Est-ce que je savais qu’il avait un frère? 

Il m’a demandé si c’était possible que l’on se voit car il voulait m’annoncer quelque chose qui ne se disait pas au téléphone. 

J’ai cru que c’était une blague. Genre le mec envoie son frère m’appeler pour me plaquer alors que nous n’étions pas ensemble. 

Je ne comprenais pas trop à quoi cela rimait. J’ai fais ce que je maitrise le mieux, je me suis énervée sur son frère. 

Il voulait que l’on se rencontre, que l’on aille boire un café. 

Je ne bois pas de café merde. 

J’ai insisté, j’ai crié et il a fini par me dire que Christophe avait laissé une enveloppe avec le prénom « Malika ». 

Comment ça il a laissé une enveloppe? 

Il sanglotait, je ne comprenais rien. 

Est-ce que son frère c’était suicidé? 

Mais pourquoi moi? 

J’ai fini par accepter d’aller boire ce café. Je ne faisais pas la fière. 

J’avais les mains moites, je marchais limite à reculons. Je n’avais clairement pas envie de vivre cette rencontre. 

Comment avais-je pu m’embarquer dans une telle histoire? 

Nous avions convenu de nous rencontrer dans un salon de thé à châtelet. 

Pourquoi là? 

Pourquoi pas? 

Je n’ai pas eu de mal à reconnaitre son frère. 

Son frère lui ressemblait beaucoup mais avec dix ans de plus. 

Il avait la peau couleur cannelle, les cheveux coupés courts. Il devait mesurer un mètre quatre vingt. Il n’avait pas la carrure d’un sportif comme Christophe s’il fallait les différencier. Il portait des lunettes et était très mince. 

J’ai tout de suite remarqué qu’il avait l’air gêné. 

Qui ne l’aurait pas été?
– bonjour Malika, désolé de te rencontrer dans de telles circonstances, 

  • bonjour Laurent, je ne sais même pas s’il m’avait entendue
  • comme je te l’ai dis par téléphone, c’était compliqué de t’en parler sans te voir en face car ce n’est pas évident. Mon frère Christophe a eut un accident il y a deux semaines et il comment le dire? Il n’a pas survécu. 
  • pardon? 
  • je suis sincèrement désolé de te l’apprendre mais il est resté alité. Manifestement après avoir vu toute la famille il tenait à laisser un mot à une femme. Personne n’avait jamais entendu parler de toi alors ça n’a pas été évident de te retrouver. C’est grâce au mot de passe de son tel que j’ai trouvé ton numéro hier. 
  • mais un accident? j’étais incapable de terminer la phrase
  • il rentrait chez lui et une voiture l’a fauché, le chauffard ne s’est pas arrêté. 
  • c’était quand? 
  • le 15 mars

Il avait eut un accident le soir de notre rencontre. J’avais le cerveau en feu, le coeur en miettes, je n’étais pas amoureuse de lui car on ne se connaissait pas encore assez mais je n’entendais plus rien autour de nous. 

Laurent avait déposé l’enveloppe sur la table. Je n’arrêtais pas de la fixer. J’avais l’impression que si je la touchais elle me brulerait la main. 

Mais pourquoi j’étais aussi poisseuse? 

J’avais rencontré un jeune homme charmant et il était décédé avant de mieux me connaitre.

Nous avons discuté Laurent et moi des derniers jours de Christophe. J’avais envie que l’on m’enlève mon coeur et mon cerveau. J’ai bu un thé mais ce n’était pas comme si quelque chose pouvait me calmer. 

J’ai fini par récupérer l’enveloppe. 

J’allais l’ouvrir une fois à la maison. 

Les larmes coulaient depuis l’annonce de Laurent. 

Ma très chère Malika, 

Je suis désolé de te quitter ainsi. C’est vrai qu’on ne peut pas faire plus dramatique. Je ne suis pas un poète et pourtant j’ai envie de te dire de belles choses. Tu m’as tellement inspiré je suis content d’avoir croisé ta route. 

Si tu lis cette lettre c’est que je n’ai pas réussi à m’en sortir. 

J’ai été ravi que tu sois sortie de ta zone de confort avec moi. 

Je pense à ta peau si douce. C’était la première fois que je rencontrais une femme qui me fasse autant d’effet. Je suis désolée de ne pas avoir su te montrer à quel point c’était le cas. Mais je ne regrette pas d’avoir eu la chance de découvrir ton corps. 

Finalement heureusement car je m’en vais en ayant vécu un début de paradis. 

Bon franchement je suis désolé de partir comme un voleur. 

J’ai pas envie de te faire pleurer. 

J’avais pas envie que tu penses que j’étais un connard de plus. 

Si j’avais pu je serai resté car j’avais bien envie de mieux connaitre tous les centimètres de ta peau.  

Pourquoi? 

Nous n’aurons jamais la réponse ma chérie. 

Ce  mois passé à s’échanger des messages sur ce site de rencontre avant de pouvoir enfin se voir, s’embrasser, se toucher ça a été intense pour moi. 

Tu as failli voler mon coeur mais la vie en a décidé autrement. 

Je n’avais pas pris ton numéro sans raison je te rassure. 

Je ne voulais pas juste te faire l’amour une fois et disparaitre. 

Ce n’était pas le plan. 

Ce n’était pas mon plan. 

J’aurais du profiter pour te voir plus tôt et ne pas penser autant à mon travail. 

Je suis désolé Malika. 

Si je pouvais ne pas avoir existé je le ferai. Je ne sais pas ce qui est le plus difficile m’avoir connu et savoir que je suis mort ou ne jamais me connaître? 

Tu finiras bien par le savoir. 

En tout cas ne doute pas de toi. Tu es une femme magnifique. 

J’ai clairement envie de toi. 

Si j’avais la force je t ‘écrirai une lettre plus longue mais cela ne changera rien à cette situation grotesque. 

N’en veut pas à la vie trop longtemps car il faut que tu vives. 

Je serai ton ange gardien. 

Ton Christophe 

Alors c’était ça ma vie? 

Je rencontre un mec et un chauffard me l’enlève? 

Je ne savais plus si je devais rire ou pleurer en tout cas une chose est sûre c’est qu’à l’heure actuelle, j’avais envie de le rejoindre. 

Il me faudrait du temps pour digérer ce sale coup du destin. 

J’étais surement maudite parce que je ne vois pas d’autre explication. 

Il était certain que j’allais sombrer dans une dépression. 

Fin

J’avais envie de faire réfléchir sur la valeur de la vie et la vitesse à laquelle demain n’est plus alors profite de ta vie.

Floriane Rose JORDAN