Ce texte est une fiction comme tout ce que j’écris.

Un mariage sanglant

Tous les invités criaient, pleuraient. 
Tout le monde semblait en état de choc ou de sidération. 

Ce n’était clairement pas l’idée que je me faisais du plus beau jour de ma vie. Mon cœur battait vite, j’avais du mal à respirer. 

On entendait à peine les pales des ventilateurs tant la cacophonie du moment prenait de l’espace. 

J’essuyais ma transpiration sur mon front. 
Je savais qu’il ne me restait pas beaucoup de temps. 
Bientôt, on m’arrêterait pour ce que je venais de faire. 
Je crois que j’avais tué mon père ou devrais-je dire mon géniteur ? 

Je n’avais jamais aimé cet homme. Il se croyait tellement suffisant. Il me rabaissait constamment, mais je m’en étais accommodé. C’est du moins ce que je croyais. 

Il était la pire chose de mon existence. La pire rencontre. 

Je devais le revoir aujourd’hui. 
J’avais osé l’inviter le jour de mon mariage. Cela faisait bien dix ans, que je ne lui avais pas adressé la parole. Maman pensait que ce serait l’occasion de renouer les liens. 

J’avais souffert autant de son absence que de sa présence. Un homme était censé avoir une image paternelle pour se construire. J’avais celle d’un homme imbu de sa personne, coureur et absentéiste. 

Peut-être que je ne devrais pas parler d’un mort en ces termes ? 
Les gens penseront que je n’ai pas de cœur. 
En avais-je un ? 

Aujourd’hui, c’était le jour de mon mariage. Je devais épouser l’amour de ma vie, Sophia. 
Cette femme m’avait donné des ailes. C’est grâce à elle que je devenais un homme bien. 
Elle méritait que je sois à la hauteur de ce qu’elle m’offrait. 

Elle m’avait transformé. 
Mentalement, j’étais devenu un homme digne de ce nom. 
J’avais envie de tout lui donner. 
C’était grâce à elle si je m’épanouissais dans ma vie professionnelle et amoureuse. Je ne me voyais pas vivre ma vie sans elle. 
Je savais que je voulais lui donner mon nom. 
Qu’aurais-je pu lui refuser ? 
Pas grand chose ça, c’est certain. 
Elle était devenue mon point de repère. 

D’ailleurs, c’est parce qu’elle me rendait fou que tout avait commencé. Je ne voulais pas que le plus beau jour de sa vie se finisse comme ça, avec sa robe blanche tachée de sang. 
Sophia ne méritait pas ça. 

Ce matin, je me suis réveillé heureux. J’allais épouser Sophia. Sans mentir, je rêvais surtout de la retrouver ce soir. Je me voyais lui enlever sa robe et l’emmener au septième ciel la nouvelle madame Desbois. Car ça y est elle porterait mon nom, ça m’excitait déjà.

La vie ne se passe vraiment jamais comme on l’imagine. 

Nous avions loué une maison en bord de mer afin que la famille et les amis puissent y séjourner avec nous durant le week-end. 

Nos mères jouaient les guides et étaient au petit soin afin d’éviter le stress à la future mariée. Si tant est qu’elle eut été stressée. Depuis que nous étions arrivés, elle avait passé son temps avec un verre à la main. Je ne crois pas que c’était le même depuis hier. 
Si ça se trouvait elle avait besoin d’un remontant pour me dire oui. 
Oups. 

Elle était encore plus ravissante que d’habitude. Sa peau, bronzée dans sa robe rouge me faisait de l’effet. Je me perdais dans ses yeux marron. Elle avait une cicatrice en haut de l’œil gauche, qu’elle détestait, mais qui nous rappelait à quel point la vie était fragile. 
Oui, elle avait été une petite fille turbulente et avait failli perdre un œil à l’âge de sept ans. 
Elle n’a jamais voulu me dire comment, prétextant que c’était trop embrassant. 

Aujourd’hui, c’était le jour J. 
Je ne sais pas trop à quoi pensait Sophia, mais moi, j’avais une envie folle d’aller la surprendre et lui faire l’amour avant qu’on se dise oui. 

Il fallait que je fasse attention à ce que ma mère ne me voit pas approcher de la future mariée. 

Toute la famille était arrivée. Il y avait des gens que je ne connaissais même pas, mais je crois que c’est le principe des réunions de famille. Pourtant, j’avais dit à ma mère de ne pas les inviter, mais elle avait voulu contribuer donc Sophia avait cédé sur la liste des invités. 
Comme si c’était ma mère qui se mariait. 

J’étais enfin serein, prêt à la rejoindre discrètement quand je vis un homme sortir de sa chambre. Il s’agissait de mon père. 
Il était en train de remettre sa ceinture et d’ajuster son pantalon. 
Il se dirigea ensuite vers la salle de bains. Il avait l’air d’essuyer quelque chose sur son visage. 

Mon père dans la chambre de Sophia. 
Mon sang ne fit qu’un tour. 
Je me dépêchais d’attendre sa chambre. Il me fallait comprendre ce qui venait de se passer. 
Sophia était en train d’enlever sa robe. 
Elle se retourna et me regarda, figée. 

Un vent glacial passa dans la chambre malgré le fait qu’il fasse une chaleur étouffante. 

Elle me regardait, les yeux remplis de larmes. Elle n’osait ni bouger, ni même parler. 

– Sophia, tu saignes sur ta robe.
-Ce n’est rien mon amour. 
-Je ne comprends pas !
-Ne fais pas de scandale, je t’en supplie. 
-Que faisait mon père dans ta chambre ? 
-Ton ….. 
Elle ne termina pas sa phrase. Sa voix peinait à sortir de sa bouche. 
J’étais perdu. 

-Dis-moi tout de suite ce qu’il faisait là. 
-Je ne peux pas, ça gâchera tout. 
-Mais je m’en balance, au point où nous en sommes. Dis-moi où ça va mal finir.
-Ca a déjà mal terminé de toutes façons. J’étais en train de me préparer quand il est venu me féliciter et me remercier de l’avoir invité. 
Sophia parlait d’une voix si basse que je dus me rapprocher d’elle. C’est à ce moment que j’ai remarqué qu’elle avait des traces de doigts sur le corps. Il l’avait serrée si fort. 
-Il t’a fait du mal ? 
-…. 
Aucun mot n’osa sortir de sa bouche. Elle se contenta d’essuyer une larme. 

Alors cet homme ne pouvait pas se contenter d’être un mauvais père ? Il avait aussi fallu qu’il abuse de ma fiancée, le jour de notre mariage. 
Je n’étais plus dans mon corps. Je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Sophia a hurlé. 
C’était trop tard, l’instant d’après, je me retrouvai face à lui avec ce que j’avais réussi à trouver. 
J’avais un couteau dans la main. 
Il pissait le sang. 
Je l’avais buté. 

person s hands covered with blood

Floriane Rose JORDAN